sombaya

Mama Sambona, Hermann Schulz , illustrations de Tobias Krejtschi -Éditions “Être”

Sur une île du Lac Victoria, régnait Mama Sambona. Quoique déjà vieille, elle était très aimée de son peuple.

Il arriva que la Mort (qui en allemand est du genre masculin) et qui tenait, avec soin un long registre, jugea que le jour était venu pour Mama Sambona de rejoindre la pays des ancêtres;

Il diligenta le Lièvre pour la trouver. Mais au Palais ? Personne !

Mama Sambona, quoique Reine, s’était installée dans une cabane en bois. “J’étouffe au Palais, j’avais besoin d’air” avait-elle déclaré.

Le lièvre, averti, se rendit à la cabane mais trouva porte close. Lorsqu’il rentra auprès de son maître, La Mort, l’attrapa par les oreilles et se rendit auprès de Mama Sambona. Celle-ci aidait aux devoirs de sa nièce. Et vient-on cueillir une vieille dame aidant sa nièce à faire ses devoirs ? Interdit !

Alors, la Mort, repartit furieux, une fois de plus. Lorsqu’il revint, quelques jours plus tard, dans son triste costume noir, c'était la fête. Et quelle fête ! La mort ne put résister et devant la danse endiablée de Sambona, il se mêla à la danse, et, cette fois-ci pour son propre plaisir.

Il dut admettre qu’il faudrait quelque temps, encore, pour emporter Mama Sambona qui ne fume plus la pipe mais qui continue à boire son thé, confortablement installée sur sa véranda.

Comme quoi, il faut laisser faire le temps et profiter jusqu’au bout, de ce petits riens qui font tout le charme de la vie.

C’est un petit régal d’humour et d’impertinence. La mort, dans son costume de gratte-papier est en total décalage avec la nonchalance amusée de la vieille dame indigne.

C’est carrément réjouissant, tant par le texte que par les illustrations très colorées et pleines de malice

A recommander à partir de 8 ans

N.R.