Parolimage

04 juillet 2020

Vent d'hiver

vent_dhiver_RVB-270x359

Vent d’hiver, Carl Norac, Gerda Dendooven

Petites histoires pour réchauffer les jours froids, La joie de lire

Publié en plein été, voilà un album pour évoquer avec malice et subtilité les saisons qui passent et un hommage à l’esprit d’hiver propre aux jeux et aux interrogations sur la nature de la saison froide qui ne manque pas de facéties. En un mot, l’album est ébouriffant. Tout d’abord, les illustrations frappent par leur humour, leur fantaisie, l’art de figurer le mouvement et leur poésie graphique ét amusée. Quant au texte qui ne fait qu’un avec les illustrations, il nous charme par sa vivacité, ses jeux de langage et par les récits pleins de surprises qui y sont contés. La poésie, l’imaginaire et la fataisie n’occultent en rien le souci écologique qui traverse le texte. En un mot, un album exceptionnel, délicieusement rafraîchissant qui surprendra et ravira petits et grands (adultes ne pas s’abstenir)

A recommander dès 7 ans

IMG_2122

IMG_2124

 

IMG_2125


27 juin 2020

Les Vacances Maman et Moi

 

CVT_Les-vacances-maman-et-moi_8750

Les Vacances Maman et Moi, Clotilde Delacroix, Seuil jeunesse

C’est bientôt les vacances et lorsqu’enfin elles arrivent maman lapine et sa petite fille sont bien heureuses.Un petit temps d’adaptation parcequ’après les premiers farnientes, il y a beaucoup de choses à faire : cahiers de vacances, ménage, petites réparations.Puis, mamn propose diverses activités : voyage en train, visite de musées, sorties sportives. Et puis un jour, ce sont les vraies vacances. Vite on charge la voiture et en route pour la mer.

Un album adorable et malicieux. Les relations mère-fille sont traitées avec beaucoup de finesse. Des histoires très courtes et très évocatrices des diverses situations. Les personnages dessinés avec gentillesse et humour. sont vraiment charmants. 

A recommander dès 5 ans

IMG_2117

 

IMG_2118

IMG_2119

 

IMG_2121

Posté par niurka à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 juin 2020

Hippocampus

 

144744_couverture_Hres_0

Hippocampus, tome 1, Le Laboratoire Secret, Bertrand Puard - Seuil

Le professeur Varole, célèbre neurologue, dirige une clinique de haute renommé, L’ Hippocampus. Tout y est ordonné, très technique et le personnel y est très compétent. Ada, la fille de Varole est elle-même passionnée de neurologie. Elle a 13 ans.Un jour, le professeur Varole disparaît et selon son désir, c’est sa fille qui devra prendre sa succession aux commande de la clinique. Or, il y a un lieu qu’elle ne devait pas approcher c’est le sous-sol. Elle y découvre trois patients qui ont perdu la mémoire mais qui suite à une puce implantée dans le cerveau ont  la mémoire fragmentée du professeur Varole qui douze ans auparavant avait perdu sa femme lors d’un terrible accident de voiture. Ada va mener l’enquête.

Dans la tradition du roman populaire, Bertrand Puard, nous propose un récit inventif, des personnages  bien campés, une intrigue qui pousse à poursuivre la lecture avec une dose d’étonnement et de gourmandise. L’écriture est vive et soignée.

Un thriller que les adolescents devraient beaucoup apprécier.

A recommander à partir de 12 ans. 

 

Posté par niurka à 17:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 juin 2020

Sandalino

 

product_9782075129411_195x320

Sandalino, Susumu Shinghun, Gallimard Jeunesse Giboulées

Sur la première de couverture, Sandalino semble nous dire "Me voilà ! ". Le jeu géométrique et coloré du personnage semble nous inviter à tourner la page :

" Un jourun grand éclair tomba dans mon jardin, laissant un petit pantin tout calciné ".

Le jeune narrateur poursuit le récit. Il découvre un petit personnage qui fait des claquettes, qui aime respirer les fleurs, qui sait parler aux oiseaux, qui aime les couchers de soleil et qui disparaît comme il est venu.

Un travail de pop up confondant de beauté. La simplicité des formes qui a chaque page jouent leur particition est bouleversante. Toute la finesse du travail de Susumu Shingu procure un plaisir mêlé d'émotion qui se conjuguent dans l'éclat lumineuse des images.

A recommander à partir de 3 ans.

 

IMG_2108

 

IMG_2109

 

IMG_2111

Posté par niurka à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juin 2020

Le musée des émotions,

 

144157_couverture_Hres_0

 

 

Le musée des émotions, Elsa Whyte, La Martinière jeunesse

Sensibiliser l’enfant à l’art dès son plus jeune âge est nécessaire car l’art est un perception du monde fondamental qui touche au sensible et à l’intelligence des choses. Ici, sont proposés 40 chefs-d’oeuvre créés à travers le temps et l’espac ? Découvrir tableaux et sculptures et percevoir ce qu’ils expriment est le propos de ce magnifique album au format généreux conçu avec une page pour l’oeuvre et une page pour en parler.

C’est très beau

A recommander pour tous à partir de 7 ans

Posté par niurka à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 juin 2020

Oscar et Carrosse la soupe de pates,

 

CVT_Oscar-et-Carrosse--La-soupe-de-pates_4681

Oscar et Carrosse la soupe de pâtes, Ludovic Lecomte, Irène Bonacina - Moucheron Ecole des loisirs.

Lorsqu'on est un squelette et qu'on travaille dans un train fantôme, le retour à la maison est plein de dangers car les chiens voudraient bien un petit os à se mettre sous la dent et ils  courent aux trousses du malheureux fantôme. Un jour, en rentrant,  il découvre un chien au pied de sa roulotte. Une amitié va naître gràce à la soupe de pêtes qui ouvrira, aussi,  chez Carrosse le goût de la lecture.

Texte à la fois précis, amusant et léger servi par des illustrations expressives et pleines d'humour. Un petit régal pour une première lecture.

A recommander à partir de 6 ans

 

07 mai 2020

Papa

 

144607_couverture_Hres_0

Papa, Serge Marquis, Gilles Rapaport, La Marinière Jeunesse

 Un album et délicat pour parler à l’enfant du deuil. Si le sujet est souvent évité face à l’enfant, celui-ci quant à lui très vite à ce sujet et nombreux sont ceux qui en ont vécu l’expérience . Mais, comment parler de la mort d’un père, aussi brutale et douloureuse à assumer. Serge Marquis inscrit la question  dans le souvenir de « l’amour ». Il fait se souvenir des moments heureux en trouvant « le chemin et le lieu ». A chaque interrogation de l’enfant, l’auteur aide l’enfant à retrouver les bonheurs vécus. Et , surtout on lui parle de l’héritage laissé par papa qui n’est autre que la capacité d’aimer et d’être aimé.

Servi par les illustrations de Gille Rapport, pleines de finesse et très parlantes, un récit subtile et sensible.

Superbe

A recommander à partir de 5ans

Posté par niurka à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 avril 2020

Bernard Epin emporté par le Coronavirus

 

51qfcdzy6nl

Le spécialiste de la littérature jeunesse est décédé le 1er avril des suites du Covid-19. Il avait 83 ans.

L'auteur jeunesse Bernard Epin, critique de littérature jeunesse et militant communiste, s'est éteint le 1er avril, à l'âge de 83 ans, des suites du Covid-19. Grand spécialiste des livres pour enfants, qu'il a chroniqués dans plusieurs journaux, dont Regards et L'Humanité, l'écrivain a consacré sa vie au partage de la culture et à souligner l'importance de la lecture pour faire advenir le changement social. Il a notamment signé le Grand livre du jeune citoyen chez Rue du Monde, grand prix de l'Assemblée nationale en 1999.

Fils d'un ouvrier militant cégétiste et communiste et d'une mère couturière, Bernard Epin adhère au PCF en 1954, peu avant d'être nommé institueur dans le XIVe arrondissement de Paris. Son intérêt pour la vie culturelle l'amène à entrer au collectif de rédaction de L'école et la nation, la revue du Parti communiste dédiée aux questions pédagogiques. A la suite du décès de l'auteure Natha Caputo, il assure la chronique des livres pour enfants, dont elle avait la charge.

Cette prise de fonction marque le début de son combat, celui d'une vie, pour la promotion d'une littérature jeunesse émancipatrice et de qualité. Il a présenté sa pensée aux parents dans Les livres de vos enfants, parlons-en, un essai paru en 1985 à La farandole. Après la disparition de la revue en 1986, Bernard Epin collabore avec l'hebdomadaire Révolution, puis le mensuel Regards et L'Humanité avec, toujours, le souci de défendre une littérature ouverte sur le monde et les autres. Il défend sa vision à l'occasion de nombreux débats et rencontres, mais surtout au cours de ses différents mandats à la mairie de Saint-Ouen, dont il est l'adjoint en charge des questions culturelles de 1971 à 1995.

Un homme attentif

Son éditeur, Rue du monde, regrette la disparition d'un "intellectuel raffiné, engagé pour le partage de la culture et pour des changements sociaux audacieux, qui savait allier fidélité à ses convictions et écoute attentive offerte aux autres". La maison loue son attention "pour ce qui était novateur et tout particulièrement du côté de la jeunesse en laquelle il avait une grande confiance", peut-on lire dans un communiqué transmis à Livres Hebdo.

Dans sa notice biographique, le site des dictionnaires du mouvement ouvrier Maitron résume la philosophie de Bernard Epin dans une citation, qu'il emprunte à son essai Les livres de vos enfants, parlons-en : "L’exigence démocratique ne part jamais de rien. Elle s’alimente à tout ce qui fait les aspirations quotidiennes de notre vie. Le droit à la lecture, le pouvoir de lire qu’il faut gagner n’appartiennent pas au rayon des accessoires superflus. Ils se nourrissent des expériences heureuses, des rencontres réussies. Il en est du plaisir de lire comme des autres ; il ne s’accomplit qu’avec le désir et la possibilité de le faire partager. Raison de plus avec les enfants."

Par Nicolas Turcev, le 03.04.2020 à 17h58 (mis à jour le 03.04.2020 à 18h09)- Livres Hebdo

 

Posté par niurka à 12:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 mars 2020

Dubuffet Artiste et Collectionneur d’Art Brut

 

 

9791023513103_internet_w290

 

Dubuffet Artiste et Collectionneur d’Art Brut, Céline Delvaux - Seuil Jeunesse

La conception du livre propose deux parties : Jean Dubuffet artiste, Jean Dubuffet collectionneur d’Art Brut.

Dans cette approcheCéline Delvaux définit son art ainsi :

 

Imiter les enfants

Triturer la nature

S’inventer un jargon

Peindre des paysages intérieurs

Coller et sembler

Jouer au puzzle

Hourlouper le Monde…

 

Mais il définit aussi l’Art Brut dans ses aspects les plus créatif

 

Créer dernière les murs

Suivre la voix des esprits

Créer pour son plaisir

Faire feu de tout bois

Parler en codes secrets

Trouver la puissance de la simplicité

Défaire le portrait

Broder sans décorer..

 

Une iconographie parlante accompagne chacun des chapitre.

Un album très inspirants. Une réussite.

A recommander pour tous, dès 8 ans

 

P1060355

Jean Dubuffet par Jean Dubuffet

Jea Dubuffet collectionneur d'Art Brut

P1060357

 

P1060358

 

 

17 février 2020

Shadowscent

 

125746199

 

Shadowscent, P.M. Frestone - La Martinière fiction J.

 

La magnifique première de couverture nous transporte vers l'Orient mythique aux parfums vénérés. Le résumé éditorial est parlant : 

"Dans l’empire d’Armatesh, les parfums sont sacrés. Nectar des dieux, ils sont la clé de tout pouvoir et l'objet de toutes les convoitises et des secrets les mieux protégés. Ils peuvent vous guérir ou… vous anéantir.

Rakel, jeune apprentie parfumeuse, se rend dans la capitale de l'empire pour parfaire sa formation et ainsi, peut-être, trouver le moyen de guérir son père malade. Mais le prince est victime d’un empoisonnement et Rakel, qui se trouvait sur le lieu du crime, est accusée à tort. Obligée de fuir pour sauver sa peau, la jeune fille n'a qu'un but : prouver son innocence. Mais pour y parvenir, il lui faut d'abord découvrir la recette du mystérieux poison utilisé pour tuer le prince et en inventer l'antidote. 

Son voyage à travers l'empire aux côtés de Ash, jeune garde du corps du prince convaincu de son innocence, la conduira aux confins des territoires connus.

l en va de sa vie, mais aussi de celui de l'empire et de la paix, de plus en plus fragile, qui y règne depuis des siècles.

Car le secret du poison pourrait cacher un complot démoniaque hérité de très anciennes et obscures rivalités…"

Et il es vrai qu'à la lecture de cette présentation du roman nous sommes séduits à l'avance et nous ne sommes pas déçus. Il y a tout d'abord la beauté de l'écriture qui nous parle de l'envoûtement des parfums qui traverse tout le livre mais aussi des deux personnages Rakel et Ash, deux personnalités qui se tiennent distants au début. Mais, c'est à travers la recherche de la fameuse recette qu'ils vont partager leur aventure unique et périlleuse en mêlant leurs talents pour se sauver mutuellement. De plus l'écriture est superbe et fait vivre légendes et intimité pour notre plus grand plaisir.