51FXDTEAXPL

L’huile d’olive ne meurt jamais, Sophie Cherer, Ecole des loisirs Médium.

L’école des loisirs a eu l’excellente idée de rééditer ce récit paru quelques années auparavant.

Olivier, un collégien ordinaire est amoureux de Caroline. Celle-ci, à la demande du professeur lit son texte sur « une personne qu’elle admire le plus ». Un fait divers avait attiré son attention, celui d’une vieille baronne sicilienne qui avait tenu tête à la mafia locale. Son mari, son frère assassinés, elle refusa encore de céder ses terres plantés d’oliviers, terres convoités par la Casa Nostra en vue de projets immobiliers. Depuis elle vit dans son domaine protégée par quatre hommes armés et cueille seule ses olives.

Or, le père d’Olivier vient de gagner un séjour en Sicile sur la côte, du côté de Palerme. Lorsqu’ils arrivent, Olivier n’a qu’une idée c’est de rencontrer cette femme. Dés le lendemain, il enfourche sa Vespa de location et réussit à prendre contact. Tout d’abord étonnée et inquiète, la femme refuse son aide, puis elle accepte la venue du jeune français qui l’aide à cueillir les olives. La mafia guette et le garçon est très vite repéré. Il trouve une première menace sur sa Vespa. Dès ce moment, les événements se précipitent.

A partir d’un fait bien réel,Sophie Cherer mêle avec subtilité une fiction qui évoque l’aventure individuelle du jeune garçon et la réalité sociale de l’île et du pouvoir violent de la mafia sicilienne..

A relire ce récit, j’ai éprouvé le même plaisir qu’au cours de ma première lecture, c’est dire que je le recommande vivement.

A recommander à partie de 12 ans