51EG8vucZ7L

Le seul unique Ivan, Katherine Applegate, illustration de  Patricia Castelao, traduit de l'américain par Rapaële Eschenbrenner  -Seuil           

Récit d’une grande subtilité qui raconte, à travers de très courts chapitres, l’histoire d’Ivan, de Stella, de Ruby et de Bob.

Crs animaux vivent dans une ménagerie d’un centre commercial des Etats Unis, le « Circorama ». Le narrateur de l’histoire est Ivan, le gorille :

Je m'appelle Ivan et je suis un gorille. Je vis au Circorama, la ménagerie d'un pauvre centre commercial. Je ne m'ennuie pas. J'ai des amis : Stella la vieille éléphante, Bob le chien errant et Julia, la fille du gardien. J'ai la télé et, surtout, j'ai mes dessins, car je suis un peu artiste. Je suis si habitué à vivre enfermé que je ne suis même pas malheureux.
Mais quand j'ai vu les yeux tristes de Ruby, la petite éléphante qui nous a rejoints, j'ai compris que j'allais devoir nous inventer quelque chose.
Nous inventer... une autre vie.

Et aussi :

J'ai appris à comprendre le langage des hommes au fil des années, mais cela ne signifie pas que je comprenne les hommes

Les conditions de détention des animaux les rendent tristes, même si Mack, le propriétaire n’est pas un méchant homme, Encore moins Georges, l’employé chargé de nettoyer le « domaine » et nourrir les animaux. Quant à Julia, sa fille, c’est un petit rayon de soleil dans cette atmosphère pleine de mélancolie.

Lorsque l’éléphante Stella meurt, Yvan lui a fait une promesse : sauver Ruby, le petit éléphanteau qui vient d’arriver. Nous assistons à la volonté farouche d’Ivan de réaliser cette promesse.

Finalement, le vaillant gorille et le jeune éléphant seront transférés dans un zoo où ils pourront, peu à peu, s’acclimater et vivre au milieu de leurs congénères.

Ecrit à partir d’un fait divers réel –Les animaux vivent toujours dans un zoo de l’Atlanta -  l’auteur introduit des éléments nés de son imagination qui donnent au livre sa dimension très personnelle.

Emotion, délicatesse sont portées par une narration pleine de vie et de profondeur.

Les très belles illustrations de Patricia Castelao sont en parfaite harmonie avec l’histoire qui nous est contée

Un récit qui peut déjà être considéré comme un classique de la littérature de jeunesse.

Bravo !

A recommander dès 8 ans

P1020371

P1020372

P1020374

P1020373