Éditions MeMo,

20 ans de livres jeunesse à Nantes

En 1993, Yves Mestrallet (Me) et Christine Morault créaient MeMo.                                                                                                                                                              Une maison d'édition de livres illustrés à Nantes. Avec 300 titres, son travail est aujourd'hui internationalement connu.

    Il suffit de se promener avec un de leurs livres en main pour comprendre l'effet  MeMo : "Ah, celui-là, mes enfants l'adorent ! " Quel est donc ce livre qui se reconnaît au premier coup d'oeil ? C'est Raymond rêve, d'Anne Crausaz, le best-seller de MeMo  (22 000 exemplaires vendus). "Tous nos livres sont édités avec grand soin, explique Christine Morault. Nous imprimons sur un papier assez épais, un papier bouffant qui participe de notre désir d'offrir quelque chose d'aussi précieux qu'un original. Et de le rendre accessible à tous."

    Exemple assez prodigieux, le Cirkus d'Elisabeth Ivanovsky, album imprimé en 24 couleurs en procédé "ton direct" : on en mangerait. "Cela fait des livres éblouissants,   qui parlent aux sens. Car les enfants boivent les couleurs."

    Cette ligne ne varie pas, au fil d'une production qui va des Cent comptines de Pierre Roy (1994) aux joyaux qui paraîtront à la rentrée, en toute discrétion : les Trois contes merveilleux de Walter Crane, l'inventeur en 1875 des "Toys Books" (livres brochés à prix abordables), ou Un verre, récit intime en image d'Etienne Delessert. Le genre de livre que les parents se surprennent à lire, assis par terre dans la chambre de leurs enfants.   "Beaucoup de nos livres créés pour les plus jeunes sont adoptés à tout âge. Nous les fabriquons dans un esprit artisanal, parce que le livre doit être considéré comme un apprentissage de la beauté par le papier. Afin que chaque page tournée soit un événement dont le jeune lecteur se souviendra toute sa vie."

En collaboration avec la "Tate"

    Cette extraordinaire ambition est portée par un travail méticuleux d'édition. Aujourd'hui, alors que le plateau ouvert de Memo (quartier Madeleine) semble calme,  on reçoit les scans des illustrations du Conte des deux carrés d'El Lissitsky. Un vrai événement d'édition : "Ce livre de 1920 n'a jamais existé qu'en fac-similé, son auteur   ne l'a jamais vu en livre. Nous allons lui donner vie à partir des originaux, scannés à Eindhoven. Nous le réalisons en collaboration avec la Tate Gallery de Londres. "

 

    D'autres projets inaboutis sont nés de la même façon, comme ce livre de Rodchenko avec des poèmes de Tretiakov traduits par Valérie Rouzeau. "Tout cela fait que nos livres sont énormément traduits, cela représente même 25 % de notre chiffre d'affaires."

    MeMo reste bien un éditeur jeunesse et publie parfois l'essentiel du travail de certains auteurs, comme la Suisse Anne Crauzaz (Raymond rêve, mais aussi Bon voyage, petite goutte, Premier printemps, L'une et l'autre). Et des auteurs d'ici, comme Xavier Armange ou la regrettée Lisa Bresner, dont le délicieux Qui es-tu que fais-tu ? est réédité.

    Certaines villes confient à MeMo des "livres de naissance", comme Mercredi d'Anne Berthier, commande de la Caisse d'allocation familiales offert à 50 000 enfants. Un livre qui enseigne l'apprentissage de la tolérance : Petit Rond et Grand Carré apprennent à mélanger leurs formes. "Les Américains nous trouvaient trop sophistiqués, mais ils viennent d'en acheter les droits au salon de Bologne. Dans les salons internationaux, on nous aborde en disant : Ah, c'est vous, MeMo, qui faites ces livres incroyables ? "

    Seul bémol, l'absence de reconnaissance locale rend l'anniversaire de MeMo un peu amer : "Nous sortons une sélection de 20 livres en librairies, nous exposons au passage Roche à Paris, 250 libraires de France nous consacrent des expositions en vitrine. Alors que la Corée du Sud possède tout notre fonds de livres, nous demandons à Nantes d'être un peu plus fière de ses éditeurs."

par Daniel Morval

( Ouest France - samedi 15 juin 2013

http://www.entreprises.ouest-france.fr