caress_papillon

Caresse d’un papillon, Christian Voltz - Rouergue

Christian Voltz nous avait régalé avec un album, édité également au Rouergue. Il s’agissait de « Toujours rien » et nous racontait les mésaventures d’un jardinier inattentif.

Ici, nous abordons une nouvelle fois le thème du jardinier par un angle très inattendu. Le titre de l’album est « Caresse d’un papillon »

De quoi s’agit-il ?

L’auteur met en scène sur la première double page un grand-père et son petit-fils. Le grand-père, visiblement, est devenu alcoolique –On apprendra le décès de sa compagne qui explique sa dérive- Avant de commencer son travail, il se dit « j’boirais bien un petit coup ». Une bouteille tentatrice est là, mais quelque chose  empêche grand-père de la porter à ses lèvres. Il va jardiner sans boire :

Alors, Grand-père et son petit-fils s’organisent :
-Quelques rangées de p’tits radis pour le printemps
-On arrose d’une pluie fine les graines pour ne pas les noyer.                                                                    -On va planter un cerisier « pour toi ,plus tard », dit le grand-père au petit garçon.

Puis le grand-père et l’enfant s’entretiennent de la mort : où est grand-mère ? Au ciel ? Sous la terre ?

Et le grand-père de conclure : moi, je sais où elle est. Elle n’a jamais quitté son jardin. Elle aimait tant les fleurs. Face à nous, sur la page, un papillon butineur en symbolise la mémoire.
Sur les pages successives, le fantôme de grand-mère est toujours présent par le souvenir et des conseils qu’elle prodiguait de son vivant.

L’artiste prend appui sur les possibilités qu’offre la photographie : construire des petites mises en scène en trois dimensions et ramenées aux deux dimensions de la page.

Ni crayon, ni pinceaux n’interviennent ici. Tout est figuré par des objets de toutes sortes : bouchons, fils de fer, boutons, écorces, racines, tissus…

Dans un décor minimaliste, aux personnages pleins de malice, Christian Voltz nous offre un bel album qui nous parle de la perte de l’autre en rendant hommage à la vie grâce aux liens qui unissent le grand-père et son petit-fils. Le cycle annuel des semis sont une belle métaphore de la vie par delà la mort. C'est doux, calme et beau.

Bravo !

A recommander dès 6 ans

Niurka Règle